Ebola et Confessions religieuses : Ces gestes qui ont sauvé des vies à Goma

Ebola et Confessions religieuses : Ces gestes qui ont sauvé des vies à Goma

Selon un rapport rendu public par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) datant du 10 octobre dernier, le nombre des cas de maladie à virus Ebola (MVE) notifiés a constamment baissé ces dernières semaines. Durant une période de plus de 12 mois, plus de 2000 personnes ont succombé à la MVE (essentiellement en territoire de Beni et en ville de Butembo). Et actuellement malgré une importante recrudescence des nouveaux cas depuis la fin du mois de septembre 2019, la sensibilisation pour l’éradication totale de la MVE continue son bonhomme de chemin.

Ainsi, plusieurs organisations tant sociales qu’humanitaires et d’urgence ont et continuent de jouer un rôle de plus important dans la sensibilisation et la riposte contre le virus Ebola. Parmi elles, les confessions religieuses de la ville de Goma. En date du mardi 10 septembre dernier, les différentes confessions religieuses de Goma s’étaient rassemblées dans un colloque autour du thème : « L’ÉPIDÉMIE DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA A L’EST DE LA RDC EST UNE MENACE POUR LE PEUPLE DE DIEU ET UN DÉFI POUR LES CONFESSIONS RELIGIEUSES ». Toutes fois, les responsables des églises et mosquées ont également été formés sur les normes de prévention par les experts de la riposte contre la MVE. Grâce à ces derniers, les responsables de ces églises ont parfaitement sensibilisé leurs fidèles et ont en effet participé à limiter le risque de transmission.

Absence des bonnes habitudes sont restées


Tous les dimanches et comme à l’accoutumée, la jeune INÈS BUHENDWA se rend à son église locale (LA SOURCE DE GOMA) pour prier. Elle a en effet remarqué depuis un certain temps l’installation des dispositifs de prévention (des tanks publics de lavage des mains à l’eau de chlore) installés dans la cour de son église.

« Durant les prédications, le pasteur nous a aussi sensibilisés sur Ebola et les stratégies de prévention pour éviter une possible exposition au virus » informe Inès. « Nous le lavage de nos mains à chaque séance de culte et nous avons même cessé de nous serrer les mains durant celui-ci. Cela n’est pas resté seulement une procédure de prévention à l’église. C’est devenu également une habitude jusque chez moi à la maison » poursuit la jeune chrétienne. Auparavant sceptique quant à l’existence de la MVE dans leur ville, la plus grande majorité des habitants de Goma a par ailleurs observé à la lettre les normes de prévention de la maladie. Du lavage régulier des mains à l’évitement du contact en passant par la vigilance, ces règles sont passées de la norme à l’habitude. Comme pour dire que nos églises nous ont aidés à sauver et nos âmes et…nos corps !!!

Par Patient BAGABO.